From Software

Rétrospective Japon, épisode 1

Dernière mise à jour : 22 septembre 2023.

Encouragé par une certaine proximité avec les Souls, on parle souvent des King’s Field pour résumer les débuts de From Software. Initialement une entreprise – fondée en 1986 – spécialisée dans la production de logiciels à usage professionnel, From Software sort effectivement King’s Field, son premier jeu vidéo, sur PlayStation en 1994, à peine deux semaines après le lancement de la console de Sony. Et enchaîne les deux années suivantes avec deux suites. Les données manquent quant à cette première trilogie, mais on sait assez pour estimer qu’il ne s’agit pas là de gros succès d’époque, quoique les chiffres étaient suffisamment bons pour encourager la société à poursuivre dans la voie du jeu vidéo. C’est après ces trois King’s Field que From Software trouve sa véritable licence phare qui va faire sa notoriété sur l’archipel : Armored Core, des jeux d’action où l’on dirige des gros mecha (les armures robotisées, à la manière de Gundam ou Evangelion). Sans atteindre un niveau de popularité sidérant, la formule fait mouche chez les Japonais, d’autant que les cas de jeux à mecha originaux (comprendre : qui ne sont pas tirés des licences de l’animation) sont finalement plutôt rares.

À ce stade, From Software est autant un développeur qu’un éditeur, qui sort ses jeux sans l’aide de personne sur ses terres, et trouve différents partenaires pour d’éventuelles localisations occidentales à la réussite généralement modeste. Pendant plus de 10 ans, son associé principal est Agetec, spécialiste des localisations de jeux de niche japonais pour le marché américain, initialement une filiale d’ASCII Corporation (société surtout connue pour les micro-ordinateurs MSX, les logiciels RPG Maker ou les simulations hippiques Derby Stallion, et qui, comme From Software plus tard, fut absorbée par le groupe Kadokawa en 2004).

Aussitôt après la sortie d’Armored Core, en 1997, des suites sont rapidement produites, tandis que From Software tente tout un tas d’autres projets aux ventes plus confidentielles. L’entreprise touche ainsi à une variété de genre (A-RPG, proto-walking simulator, jeux d’action, TPS, hack and slash, survival horror ou même, plus tard, visual novel), et, de 1999 à 2009, sort en moyenne cinq jeu par an. Elle fait aussi appel à des studios indépendants pour en réaliser certains, copine avec les constructeurs pour produire des exclusivités sur GameCube (les Lost Kingdoms) ou surtout sur Xbox (Murakumo, les Otogi, ou encore Enchanted Arms qui aura un portage PS3 un an après sa sortie sur Xbox 360). Ou à l’inverse, devient un simple studio de développement pour capitaliser sur son statut de spécialiste du jeu de mecha en travaillant avec Banpresto (filiale de Bandai) pour créer la série Another Century’s Episode, qui mélange plus ou moins l’esprit des Armored Core avec le principe des Super Robot Taisen, à savoir un cross-over de différentes licences de l’animation (comme Gundam ou Macross). Et puis il y a Tenchu.

Série créée par le studio Acquire (que l’on connaît plus aujourd’hui pour le travail sur les Octopath Traveler) avec le financement de Sony, Tenchu a ensuite été récupérée par Activision qui a racheté les droits à Sony après les deux premiers opus sortis sur PlayStation. From Software s’associe alors avec Activision afin de pouvoir exploiter la licence au Japon et s’occupe de gérer les développements qui sont confiés à un jeune studio indépendant, K2 LLC. Si, sur le papier, c’est un grand nom que récupère From Software en tant qu’éditeur, le résultat n’est pas probant sur le long terme. Quand Capcom se porte acquéreur du studio K2 LLC, un retour d’Acquire est tenté pour la quatrième opus qui sort sur Wii et PSP, mais les ventes sont moroses, tandis qu’Activision ne prend même plus la peine de sortir les titres en Occident.

Ce qui change tout, c’est Demon’s Souls, financé par Sony (et donc co-développé par Japan Studio et édité, même au Japon, par Sony). Un projet parmi tant d’autres, qui dans un premier temps ne brille pas commercialement. Mais d’une première semaine à moins de 40 000 ventes succède une bonne endurance grâce au bouche-à-oreille, et concrétise cet effet avec la sortie d’une réédition à petit prix, laquelle fait plus que doubler les ventes de l’original, amenant à un total de presque 400 000 exemplaires vendus sur l’archipel. Soit le plus grand succès de From Software à cet instant, confirmé par une réussite très honorable en Occident.

Ce n’est qu’après la sortie de Dark Souls, qui reprend et améliore la formule de Demon’s Souls, cette fois indépendamment de Sony, que From Software prend sa forme actuelle : racheté par Kadokawa, l’entreprise est désormais dirigée par Hidetaka Miyazaki, le réalisateur de Demon’s Souls et Dark Souls, promu au poste de PDG. Terminée, l’abondance de sortie, place à un structure entièrement dédiée aux projets du patron qui se placent tous dans une certaine continuité avec Demon’s Souls. Si From Software s’entend avec Bandai Namco pour aider la production et localiser le jeu en Occident, ou avec Activision Blizzard dans le cas de Sekiro (parce que l’ambition de départ était de relancer la licence Tenchu), tous les jeux restent directement édités par From Software au Japon, à l’exception de Bloodborne (aux commandes de Sony, propriétaire de la licence, comme Demon’s Souls en son temps).

Et si la réussite des jeux de Miyazaki, jusqu’au triomphe d’Elden Ring, se remarque surtout en Occident, elle est également au rendez-vous sur le marché domestique. Peu de licences et de studios parviennent à se maintenir aussi bien à un niveau élevé dans le contexte actuel et sans même prendre en compte le dématérialisé. Elden Ring constitue même le plus gros démarrage sur PlayStation, en dehors des Monster Hunter et du trio phare de Square Enix (Final Fantasy, Kingdom Hearts, Dragon Quest) des sept dernières années au Japon. Et s’il n’a pas réussi pour l’heure à surpasser le record du premier Dark Souls et ses 510 000 ventes physiques, il faut considérer qu’il n’est pas encore passé par la case DLC et la réédition du jeu agrémenté des contenus additionnels pour faire grossir son résultat : en se limitant au comptage de la version originale (PS4 et PS5 cumulés), Elden Ring est bien le jeu le plus vendu de l’histoire de l’entreprise au Japon. Évidemment, le dématérialisé – non comptabilisé ici – dont l’importance est croissante avec le temps, joue aussi, de même que le marché PC qui a également grossi sur l’archipel depuis la démocratisation de Steam. L’éditeur revendiquait ainsi 1 million de ventes au Japon (distribution physique + dématérialisé, tous supports confondus) rien que sur la période de lancement, un sacré exploit.

Et finalement, dix ans après la sortie de Verdict Day, From Software ose une petite pause dans ses jeux à l’arme blanche pour un retour de son ancienne série phare, Armored Core. Une nouvelle réussite commerciale qui n’incarne pas pour autant un coup d’éclat fulgurant. Armored Core 6 réalise le deuxième meilleur démarrage de la série en physique, mais échoue donc à atteindre un nouveau record en surpassant le cinquième opus, quoique le dématérialisé fait probablement la différence. Le constat est surtout que même au Japon, Armored Core reste bien en dessous du niveau d’Elden Ring, tout en étant malgré tout à un niveau qui a de quoi faire fantasmer bon nombre d’autres éditeurs. Confirmant que si la série ne mérite clairement plus un statut prioritaire dans les plans de l’entreprise, elle a toujours sa pertinence pour ne pas non plus être laissée à l’abandon.

 

Cet article est le premier numéro d’une nouvelle chronique hebdomadaire de Ludostrie, les Rétrospectives Japon.

Pour contribuer au financement et à la croissance de Ludostrie, ainsi qu’obtenir l’accès à l’intégralité des articles du site, rendez-vous ici. Pour un aperçu plus complet de ce que propose Ludostrie, rendez-vous sur cette page afin de découvrir tous les articles en accès libre.
Liked it? Take a second to support Oscar Lemaire on Patreon!